Actualités icone rss

Récupérer plus et recycler mieux

Ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques | Québec - Mardi, 6 avril 2021
 

Québec injecte 14,32 M$ pour optimiser le réseau des écocentres au Québec

Afin d'améliorer la performance du Québec en matière de récupération et de recyclage des matières résiduelles, le gouvernement du Québec lance un nouveau programme disposant d'un budget total de 14,32 M$ pour optimiser le réseau des écocentres québécois.

C'est ce qu'ont fait savoir ce mardi le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette, et la présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC, Mme Sonia Gagné.

D'une part, le programme d'aide annoncé aujourd'hui prévoit accompagner les gestionnaires et les propriétaires d'écocentres pour accroitre les bonnes pratiques en matière de réemploi, de recyclage et de valorisation des matières, notamment les résidus de bois. D'autre part, il prévoit augmenter le nombre d'écocentres sur le territoire québécois et améliorer leur accessibilité pour que l'ensemble des citoyens puissent avoir facilement accès à un écocentre à proximité de leur domicile. L'objectif du Québec est de récupérer plus et mieux, et de faciliter ce geste.

Les organismes municipaux, les organisations propriétaires, les gestionnaires d'écocentres et ceux qui désirent en implanter un sont admissibles à ce programme. Ils pourront soumettre leur projet à l'un ou l'autre des volets du programme :

  • Volet 1 : Soutien à l'implantation d'un nouvel écocentre. Une aide financière pouvant atteindre 100 000 $ par projet peut être accordée;

  • Volet 2 : Soutien pour favoriser l'accessibilité des écocentres et les bonnes pratiques de gestion des matières résiduelles d'un écocentre ou d'un réseau d'écocentres existant. Une aide financière de 75 000 $ à 500 000 $ pourra être octroyée selon le nombre d'écocentres visés par le projet.

Les écocentres ont un rôle essentiel à jouer dans l'écosystème de la récupération au Québec, car ils offrent aux citoyens un service de proximité pour se départir d'une multitude de matières qui ne sont pas nécessairement acceptées dans les collectes régulières municipales porte-à-porte. Actuellement, le réseau compte plus de 300 écocentres au Québec.

Citations :

« Avec l'annonce de la consigne élargie, de la réforme du système de collecte sélective et de la Stratégie de valorisation de la matière organique, il est très important de soutenir en parallèle le développement et l'optimisation de nos systèmes et réseaux de récupération. Ces réformes et les programmes d'aide financière concourent tous à l'atteinte de notre objectif en la matière : récupérer plus, recycler mieux. »

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval

« RECYC-QUÉBEC est fière de pouvoir offrir aux différentes clientèles les moyens et le soutien financier nécessaires pour passer à l'action. La population québécoise pourra ainsi bénéficier d'installations de récupération efficaces pour contribuer à la réduction du gaspillage des ressources. » 

Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC

Faits saillants :

  • Ce programme vient répondre à l'engagement pris dans le plan d'action 2019-2024 de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, soit de revoir la portée des systèmes de récupération actuels afin de les rendre plus performants.

  • Il répond également à la Stratégie de valorisation de la matière organique, qui vise à détourner de l'élimination 5,8 millions de tonnes de matières résiduelles, notamment le bois.

Lien connexe :

Cadre normatif du programme :
www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/entreprises-organismes/mieux-gerer/aide-financiere-entreprises-organismes/programme-ecocentres

Chroniques

Relations du travail Santé et sécurité au travail et projet de loi 59 : Où en sommes-nous ?

Par Me Geneviève Perron, avocate au sein de la Fédération québécoise des municipalités